|     | 

POPULATION DES VILLES


Par Nouara Scalabre

Résumé

Année de création :

Je photographie la population de villes riches et développées pour enregistrer les comportements, les gestes et les attitudes tels qu'ils sont aujourd'hui dans la rue.Images rapides à valeur d'esquisses et de notes, jouant de l'esthétique du flou et du décadrage, mes

Je photographie la population de villes riches et développées pour enregistrer les comportements, les gestes et les attitudes tels qu'ils sont aujourd'hui dans la rue.

Images rapides à valeur d'esquisses et de notes, jouant de l'esthétique du flou et du décadrage, mes images captent les fragiles impressions, les sensations inconscientes et désordonnées qu'éprouve le passant qui passe, l'anonyme de la foule, l'étranger à l'autre.

Le caractère dynamique de poésie urbaine qui se dégage de cette série est dû à la sensualité des images combinée avec une esthétique de l'involontaire.

Empruntant la technique du photo reportage, mon ouvrage est pourtant celui du photographe-passant engagé dans la réalisation d'une Suvre artistique à la forme complexe, qui interroge à plusieurs niveaux l'image et son rapport au réel.

Loin de l'image choc, c'est le banal qui est promu ici comme unique objet de photographie.

Une partie des images met l'accent sur le paradoxe qui règne dans les grandes villes où, malgré le respect de la puissance qu'inspirent la beauté de l'architecture, la richesse des équipements, la perfection des infrastructures et des technologies de pointe et le luxe partout présent, la population semble insatisfaite, fragilisée dans ses certitudes, figée dans le moule de la pensée unique.

Frontalité, profondeur, cadre large aux limites infinies, l'image ici est structurée comme l'architecture d'une grande ville, grille rigide aux issues rares, où l'homme, forme organique à l'équilibre instable, devient impuissant, ridicule, autre."

Nouara Scalabre

Août 2002