|     | 

Biélorussie : Grodno ; D'Atlovo


Par René Gillain

Résumé

Année de création :

Créée en 1919 à la suite de la chute de la Russie Tsariste, la Biélorussie fut tour à tour soviétique (1922-1939), allemande (1941-1944), à nouveau soviétique (1944-1991), puis indépendante à partir de 1991. Outre une situation politique, sociale et économique très

Créée en 1919 à la suite de la chute de la Russie Tsariste, la Biélorussie fut tour à tour soviétique (1922-1939), allemande (1941-1944), à nouveau soviétique (1944-1991), puis indépendante à partir de 1991. Outre une situation politique, sociale et économique très précaire, la Biélorussie fut le pays le plus touché par le catastrophe de Tchernobyl. Sous l'influence de son président Loukachenko, elle n'a cessé depuis 1994 de se rapprocher de la Russie.

René Gillain s'est rendu par deux fois, en 1996 et 1997, dans la région de Dzjatlava. Ses images en noir et blanc constituent un témoignage sur les conditions de vie des habitants durant cette période incertaine et troublée qui suivit l'indépendance du pays et sa séparation de la Russie.

Le peuple éternel

De deux séjours consécutifs en province de Grodno, Biélorussie, René Gillain nous a ramené un lot d'images uniques. Des images subtilement poétiques d'une grande valeur documentaire, résolument noir et blanc. Vous avez dit «pessimistes» ?

C'est vrai que les conditions de vie de la population paysanne et ouvrière, telles qu'elles se présentent sur les clichés, ont de quoi attrister, voire révolter : bicoques en bois, usines désaffectées, kolkhozes rongés, chemins de terre détrempés&et ainsi de suite. Ce n'est là pourtant que décor. Ce que le photographe met au centre de son travail, c'est l'Homme. Et si d'un côté, pour des raisons apparentes, il refuse de gommer la réalité d'une situation humaine et sociale des plus précaires, de l'autre, il réussit admirablement à souligner la simplicité et la dignité de ses «sujets».

Souvent crépusculaire, parfois délibérément floues, les scènes d'intérieur de René Gillain sont ce qu'il y a de plus fort dans cette double perspective : c'est là où le dénuement du décor devient synonyme de grandeur de cSur.

Jérôme Neptgen