|     | 

REFRACTAIRE

Voir ce film
Utilisation commerciale:

Galeries éviter

Présentation

Fiction/Long métrage

Luxembourg, 2009

Réalisation : Nicolas Steil

Production : Iris Productions

  • Durée : 100
  • Version originale : Français
  • Image : couleurs
  • Métrage : 2743 m
  • Format : 35mm (1.85)
  • Son : sonore

Avec Grégoire Leprince-Ringuet, Marianne Basler, Thierry Van Werveke

Générique

  • Interprètes

    • Swann ARLAUD (Ady)
    • Marianne BASLER (Malou)
    • Carlo BRANDT (Jacques)
    • Judith DAVIS (Lou)
    • Yoann DENAIVE (Enrico)
    • Pierre DERENNE (Albert)
    • Arthur DUPONT (Théo)
    • Véronique FAUCONNET (Mère de François)
    • Luc FEIT (Gestapiste)
    • Frederic FRENAY (Schupo 1)
    • Guillaume GOUIX (René)
    • Patrick HASTERT (Père de François)
    • André JUNG (Le Professeur Nazi)
    • Tom LEICK (La voix du commandant Nazi)
    • Grégoire LEPRINCE-RINGUET (François)
    • Charles MULLER (Samuel Pétry)
    • Pierre NINEY (Armand)
    • Marc OLINGER (Bernard Weber)
    • Daniel PLIER (Gustave)
    • Herve SOGNE (Schupo 2)
    • Raphaël TILLIETE (Emile)
    • Thierry VAN WERVEKE (Edouard)
    • Michel VOITA (Pierrot)
  • Générique

    • Scénario : Jean-Louis SCHLESSER ; Nicolas STEIL
    • Image : Denis JUTZELER
    • Son : Carlo THOSS
    • Décor : Christina SCHAFFER
    • maquillage et coiffure : Katja REINERT
    • Costumes : Uli SIMON
    • Musique : André MERGENTHALER ; Michel WINTSCH
    • Montage : Loredana CRISTELLI
    • Montage son : Etienne CURCHOD
    • Mixage : Alek GOOSSE
    • Casting : Constance DEMONTOY
    • Direction de production : Jésus GONZALEZ
    • Producteur : Nicolas STEIL
    • Producteurs associés : Gérard RUEY ; Jean-Louis PORCHET
    • Une Coproduction Luxembourg-Suisse : Iris Productions s.a. ; CAB Productions s.a.
    • Une Coproduction avec : La Télévision Suiss Romande ; une entreprise de SRG SSR idée suisse
    • Avec le soutien de : Office Fédéral de la Culture, Suisse
    • Producteur délégué TSR : Philippe BERTHET
    • Producteur délégué SRG SSR : Alberto CHOLLET
    • Coordinateur de production : François DUBOIS
    • Assistante de production (Suisse) : Patricia CANDIDO TRINCA ; Vanessa BALMER
    • Administratrice de production (Luxembourg) : Solveig HARPER ; Comptabilité (Luxembourg) : Rose PUTZ-ASSA
    • Comptabilité (Suisse) : Hélène PATEL
    • 1er Assistant réalisation Daniel TEXTER
    • 2e Assistant réalisation : Alex BROWN
    • 3e Assistant réalisation : Thanos GHOLTSOS
    • Renfort assistante réalisation : Linda BLASCHETTE
    • Renfort assistant réalisation : Sasha HEYAR
    • 1er Assistant caméra : Leandro MONTI
    • 2e Assistant opérateur : Vania GUINSBOURG
    • Renfort 2e assistante opérateur : Caroline HACK
    • Renfort 2e assistante opérateur : Julie VANDERSCHUEREN
    • Assistant vidéo : Gary LEBEL
    • Photographe de plateau : Patrick MULLER
    • Making Of : Fred NEUEN
    • Scripte : Elisabeth ALEXANDRIS
    • Assistante montage son : Stéphanie PERRIN
    • Post-synchronisation : Alexandre GILBERT
    • Perchman : Vincent NOUAILLE
    • Renfort Perchman : Justin SMITH
    • Bruiteur : Julie NAUDIN
    • Ingénieur du son bruitage : Patrick GHISLAIN
    • Ingénieur du son musique : Yvan BING
    • Assistants : Antoine ESTOPPEY ; Thierry CHAUNAY
    • Régisseur musical : Christophe BERTHET
    • Mixeur musique : Christian GUGGENBÜHL
    • Régisseur général : Marc DALMANS
    • Régisseur adjoint : Xavier CREMONESE
    • Régisseur plateau : Steve MANNES
    • Régisseurs : Sébastien DALMANS ; Olivier NEUMULLER
    • Renforts régie : Jim SCHUMANN ; Gilles WEBER ; Gregory WEINKOPF ; Walter OLIVEIRA PEREIRA ; Christian PANNRUCKER ; Nelson RODRIGUES ; Myke ISMAEL
    • Chauffeur : Alain GUCCINO
    • Renforts chauffeur : Paolo PEREIRA ; Steve HOFFMANN
    • Ensemblier : Manuel DEMOUILLING - Assistante décoratrice : Audrey DHYVERT ; Sylvia KASEL
    • Accessoiriste de plateau : Barbara PRATI
    • Graphiste : Sascha TIMPLAN
    • Set dresser : Fahir HODZIC ; Nuno CONCALVEZ ; Hannes DRUCKER
    • Assistantes set dresser : Noëlle QUANDOUSSI
    • Marie-Charlotte ADNOT
    • Gardiennage : Wilhelmina SHEHATA-VANDEPUTTE ; Samir ZERNADJI ; Othmane ELGHARRAFI
    • Chef Electricien : Eric WALTER
    • Electricien : Claude WITZ ; Sandrine « Aleks » NEUMULLER
    • Renforts Electricien : Mirko SOISSON ; Svet HROUCHOFF ; Louis-Vincent RIOS
    • Chef machiniste : Jean-François ROQUEPLO
    • Machiniste : Netinho ORNEI NUNES
    • Technicien aerocrane : Jean-François BAUDELET
    • Technicien supertechno S0 : Eric SACHER
    • Technicien GF8 : Reginald DESY
    • Renfort machiniste : Stéphane THIRY
    • Renfort machiniste : Thierry RAMANANA ; Pascal CHARLIER
    • Chef constructeur : Boris BARTHOLOMÄUS
    • Constructeur : Paddy PATTERSON ; Raphaël THIRY ; Mario CAPEZZALI
    • Renforts constructeur : Frederic JESSON ; Micky DE MATOS ; Olivier NUNNINGER
    • Chef Peintre : Edouard PALLARDY
    • Peintres : Julie RIDREMONT ; TIZIANA RAFFAELLI ; Gwenaëlle PERRET ; Angela CASTRO
    • Coordinateur véhicules de jeu : Olivier PRINTZ
    • Assistante Chef costume : Lara WALKER
    • Renfort costume : Françoise MEYER
    • Habilleuse : Carla VEZO
    • Coiffeuse-maquilleuse : Jacqueline HOOGENDIJK
    • Renforts maquillage : Judith LOOYE ; Volkmar SCHAMONI ; Patrick DE LOOR ; Sander VERBEEK ; Bianca VAN DEN STEEN ; Lia WILLEMS ; Fredo ROESER
    • Armurier : Olivier DELAVELEYE
    • Assistant armuerier : Pierre WUIDART
    • Coordinateur cascades : Olivier BISBACK
    • Cascadeur : Joris STRICKX
    • Professeur de danse : Emanuela IACOPINI
    • Professeur d’allemand : Ian DE TOFFOLI
    • Assistant monteur : Paul MAAS
    • Assistant monteur : Bruno PONS
    • Etalonnage : Charly HUSER
    • Génériques : Raoul NADALET
    • Assurance : MEDIA Assurances S.A.
    • Pellicule : KODAK S.A.
    • Laboratoire : Schwarz Film
    • Equipement caméra : ARRI RENTAL Luxembourg
    • Equipement éclairage : ARRI RENTAL Luxembourg
    • Talkies Walkies : ARRI RENTAL Luxembourg
    • Equipement machinerie : BOLLUX - Post-production image : Schwarz Film
    • Post-production son : PHILIPHON ; ALEA JACTA-Suisse ; IP Luxembour ; EIFEL TECH
    • Catering : Mille et Une Saveurs ; lorenzo PARMA ; Daniel HOLZKENNER ; Sabina VALIANTE
    • Location voitures : AVIS
    • Location camions : Intralux
    • Hôtels : Hôtel GULLIVER ; Hôtel De La Poste ; Hôtel BEIERHAASCHT ; Hôtel Ibis Aéroport
    • musique originale interprétée par : André MERGENTHALER (Violoncelle)
    • Michel WINTSCH (Piano/Claviers)
    • Orchestre de Chambre de Genève (sous la direction de Natacha CASAGRANDE)
  • Avec le soutiens du Fonds National de Soutien à la Production Audiovisuelle, Luxembourg

Réception

  • Festivals et Prix

    • Meilleur film de fiction, meilleur réalisateur, meilleur acteur (Grégroire Leprince-Ringuet), meilleur photographie au L.A. Underground Film Festival (USA), 2011
    • Meilleur film au Radar Hamburg International Independant Festival (Allemagne), 2011
    • Hollwood Reel Independant Festival (USA), 2011
    • Fort Lauderdale (USA), 2011
    • Artivist Film Festival Hollywood (USA), 2011
    • Eurociné Film Festival: Milan, Madri, Budapest, Bruxelles, 2011
    • Bahamas International Film Festival, 2010
    • African International Film Festival (Nigeria), 2010
    • American Film Institute Festival, Washington (USA), 2010
    • Festival international du film Regionfun, Katowice (Pologne), 2010
    • International Film Festival Ciné-Jeune (France), 2010
    • Gyeryong Militairy Film Festival (Corée du Sud), 2010
    • New York City International Film Festival (compétition) (USA), 2010
    • Festival européen d'Ukraine, Kiev , 2010 UGC Fête L'Europe 2010
    • Asia Tour 2010: Thaïlande, Indonésie, Malaisie, Timor de l'Est, 2010
    • Festival Days Of European Film de Prague (République tchèque), 2010
    • Cinéfranco, Festival du Film Francophone de Toronto (Canada), 2010
    • 13ème Festival Annuel de l'Union Européenne à Chicago (USA), 2010
    • Festival de la Francophonie de Pékin (Chine), 2010
    • Cinema Mundi 2010, Brno (République Tchèque)
    • 28ème Festival International de Téhéran (Iran), 2010
    • Compétition Officielle pour le Prix du Meilleur Film étranger au Festival International de Palm Springs (USA), 2010
    • Festival des Films du Monde Montréal (Canada) 2009
    • Pusan 14th International Film Festival (Corée duSud), 2009
    • 2e Festival du Film Francophone d'Angoulême (compétition officielle) (France), 2009 
  • Bibliographie

    • Le Quotidien, 21 mars 2008
    • Lëtzebuerger Journal, 22 mars 2008
    • Luxemburger Wort, 29 mars 2008
    • La Voix, 3 avril 2008
    • Le Jeudi, 3 avril 2008
    • Revue, Revue, 12 avril 2008
    • Républicain Lorrain, 27 avril 2008
    • Thionville Trois Frontières, 27 avril 2008
    • Nightlife, mai/juin 2009
    • Caramba Movie News, mai 2009
    • Graffiti, 20 mai 2009
    • La Voix, 27 mai 2009
    • D'Lëtzebuerger Land, 29 mai 2009
    • Revue, 3 juin 2009
    • Le Jeudi, 3 juin 2009
    • Luxemburger Wort, 3 juin 2009
    • Télécran, 3 juin 2009
    • Lëtzebuerger Journal, 4 juin 2009
    • L'Essentiel, 5 juin 2009
    • Le Quotidien, 5 juin 2009
    • Point 24, 5 juin 2006
    • Luxemburger Wort, 8 juin 2009
    • Télérevue, 12 juin 2009
    • Le Quotidien (Supplément Télé Hebdo), 12 juin 2009
    • Forum no. 289, septembre 2009

Synopsis complet

Sous l’occupation nazie, l’enrôlement de force place tout jeune homme luxembourgeois devant un choix impossible : aller à la guerre pour l’ennemi, avec le risque de se faire tuer et devoir tirer sur des soldats alliés, ou s’enterrer vivant dans des cachettes souterraines. Tel est le cas pour François, un jeune bourgeois, fils d’un père autoritaire, collaborateur des Allemands, et d’une mère artiste, aliénée et opprimée par son mari.

Envoyé par son père à une université allemande où l’on professe la supériorité de la race aryenne, il se résout à repartir pour le Luxembourg, pour se cacher. Par l’entremise de la Résistance, il rejoint une cachette dans les mines du Sud du pays, où il retrouve son ami René, avec qui il avait rivalisé autrefois pour l’amour de la belle Lou. L’accueil par les réfractaires est loin d’être chaleureux : non seulement, on le soupçonne de collaborer avec les Nazis pour avoir étudié en Allemagne, mais il est aussi dénigré par René qui lui reproche de l’avoir abandonné alors que lui a été envoyé au front.

François doit s’habituer à la vie pénible dans les mines : enfermés, privés de la lumière du jour, mal nourris, sales, pouilleux et maladifs, les réfractaires attendent la fin de la guerre, leur unique espoir. Outre les tâches journalières, parfois dangereuses, comme celle d'enlever des barres de bois dans des couloirs abandonnés, seules les querelles entre Pierrot, le chef du groupe, et Jacques, vieillard sournois, communistes tous les deux, animent la vie monotone. François fait des cauchemars qui lui rappellent des scènes vécues avec son père, entretemps tué par un inconnu, et sa mère, qu’on a déportée.

Une nuit, il suit en secret René qui s’échappe régulièrement des mines. Dans une rue, les deux jeunes hommes sont surpris par une patrouille allemande et René est tué. François réussit à s’enfuir grâce à l’aide de Malou, une femme belle et intelligente, mariée à un collaborateur dont elle ne partage pas les idées, qui deviendra son amante par la suite. De retour dans les mines, François est soupçonné d’avoir dénoncé René. Une dispute éclate à ce sujet entre Pierrot qui veut le tuer, et Jacques qui décide de soumettre l’affaire à la Résistance. François réussit à s’enfuir. Il cherche le père de Lou, comme René le lui avait demandé en mourant, qui s’avère être un membre de la Résistance. Il est engagé comme courrier, ce qui avait été la fonction de René auparavant, et, après une tendre entrevue avec Malou, il retourne dans les mines avec des médicaments. Là-bas, Pierrot a disparu et Jacques, qui l'a toujours détesté, a pris les commandes. Dans un couloir, François trouve le corps de Pierrot, tué par Jacques, et s’enfuit chez Malou qui le console. Rentre alors Edouard, le mari de Malou, un homme amer, membre du parti nazi dans lequel on lui montre le respect que sa femme ne lui témoigne plus, et François devient témoin d’une dispute violente. Le lendemain, François retourne à la mine, armé et encouragé par Malou. Il prouve aux autres que Pierrot a tué Jacques. Ensemble ils l’arrêtent et François le mène à l'extérieur, où Pierrot lui avoue que c’est lui qui a tué son père, sur l’ordre du parti communiste. Au lieu de se venger, François laisse partir le malheureux vieillard.

Le lendemain, Edouard surprend François avec sa femme, dans la cave, et les enferme, fou de rage. En apprenant à la radio que les Alliés ont débarqué en Normandie, il se résigne pourtant et épargne les deux amants. Mais il inflige à sa femme de partager sa défaite en tant que femme de collaborateur. Revenu dans la mine, François annonce la nouvelle du débarquement des Alliés aux autres. Cependant Emile, un réfractaire souffrant d’asthme est moribond, et François décide aussitôt d’aller chercher un médecin, en plein jour. Dans la rue, il est arrêté par la Gestapo avant d’être interrogé brutalement. Mais François tient bon, et son sacrifice permet aux réfractaires, évacués par la Résistance, de garder l’espoir.