|     | 

KIRIKOU ET LA SORCIERE

Voir ce film

Galeries éviter

Présentation

Fiction/Long métrage

France/Belgique/Luxembourg, 1999

Réalisation : Michel Oncelot

Production : Les Armateurs, Odec Kid Cartoons, Monipoly Productions

  • Durée : 74
  • Version originale : Français
  • Image : couleurs
  • Métrage : 2015
  • Format : 35mm (1.66)
  • Son : sonore

Avec Antoinette Kellermann, Theo Sebeko, Fezele Mpeka

  • Synopsis

    Le petit Kirikou, haut comme trois pommes, part libérer les hommes de son village qui ont été enlevés par la méchante sorcière Karaba.
  • Equipe technique

    • Scénario: Michel OCELOT
    • Montage : Dominique LEFEVRE
    • Musique: Youssou N'DOUR

Générique

  • Interprètes

  • Génériques

    • Coproducteurs :
      • Les Armateurs
      • Odec Kid Cartoons
      • Monipoly
      • Trans Europe Film
      • Studio O
      • France 3 Cinéma
      • RTBF
      • Exposure
    • Produit avec le soutien du Fonds Eurimages du Conseil de l'Europe, du Centre national de la cinématographie, du Programme Média de l'Union Européenne et de Cartoon, du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté française de Belgique, de l'Agence de Coopération culturelle et technique, de la Procirep et la participation de Canal+, du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle et le concours du Pôle Image d'Angoulême
    • Scénario: Michel OCELOT
    • Musique: Youssou N'DOURMontage image et post-production : Dominique LEFEVER
    • Assistante Dominique BRUNE-DURSEN
    • Administrateur de production : Michel DUTHEIL
    • Assistante de production : Sarah BEUNZA
    • Chef lay-out décors : Pascal LEMAIRE
    • Chef animatrice : Inga RIBA
    • Direction de mise en couleurs : Bénédicte GALUP, Marie-Paule PATURAND, Philippe VERCRUYSSEN
    • Animation : Rija Studio (Riga)
    • Studio mise en couleurs et compositing : Les Armateurs (Angoulême), Odec Kid Cartoons (Bruxelles)
    • Studios création décors et mise en couleurs décors : Les Armateurs (Angoulême), Tiramisu (Luxembourg)
    • Laboratoire GTC, prise de vue « solitaire » : Daniel BORENSTEIN
  • Produit avec l'aide du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle du Grand-Duché de Luxembourg

Réception

  • Festivals et Prix

    Meilleur long métrage d'animation au festival d'Annecy 1999
  • Bibliographie

    • Libération, 9 décembre 1998
    • Le Monde, 10 décembre 1998
    • Télérama no. 2552, 12 décembre 1998
    • Le Film français, 18 décembre 1998
    • Libération, 23 décembre 1998
    • Le Film français, 26 février 1999
    • Luxemburger Wort, 1er avril 1999
    • Le Jeudi, 1er avril 1999
    • Télécran, 3 avril 1999
    • Luxemburger Wort, 15 avril 1999
    • Libération, 10 mai 1999
    • Kinder/Jugendfilm-Korrespondenz no 79, 1999
    • Luxemburger Wort, 7 octobre 1999
    • Le Film français, 5 novembre 1999
    • New York Times, 18 février 2000

Synopsis complet

Une femme enceinte est assise dans une case. « Mère, mets-moi au monde » demande une voix. Et la mère répond qu'un enfant capable de parler dans le ventre de sa mère, est également capable de se mettre lui-même au monde. Le minuscule Kirikou surgit alors d'entre les jambes de sa mère et s'étonne immédiatement du fait qu'il n'y pas d'homme au village. La mère raconte alors que tous les hommes ont été enlevés par la méchante sorcière Karaba qui tyrannise le village. Kirikou se met immédiatement en route pour aller rendre visite à la sorcière. Il veut savoir où sont les hommes, comment on peut les libérer et pourquoi Karaba est méchante. Résolu, le petit bonhomme qui n'a peur de rien s'en va voir son vieux grand-père qui habite dans la grande montagne derrière le royaume de Karaba. Après avoir surmonté bien des épreuves en route, il arrive près du vieil homme qui lui révèle que Karaba est devenue méchante par la souffrance qui l'accable : une grosse épine est enfoncée dans son dos. Kirikou retourne donc chez la sorcière, enlève l'épine et voit Karaba se transformer en belle femme. Les hommes qu'elle avait transformé en statuettes sont libérés. Elle embrasse Kirikou et celui-ci grandit pour devenir lui-même un beau jeune homme. Il emmène Karaba au village et l'épouse.