|     | 

VU FEIER AN EISEN (De fer et de feu)

Voir ce film

Galeries éviter

Présentation

Documentaire/Long métrage

Luxembourg, 1921/22 (Restauration: 1997)

Réalisation : Gustave Labruyere

Production : Columeta, Centre national de l'audiovisuel, Arbed

  • Durée : 86
  • Version originale : Français
  • Image : noir et blanc teinté
  • Format : 35mm (1.37)
  • Son : sonorisé (musique)
  • Synopsis

    Film réalisé au début des années 1920 pour faire connaître les sites et la production de l'Arbed dans le monde.
  • Equipe technique

  • Sortie

    • Première présentation de la version originale : cinéma Medinger (futur cinéma de la Cour), 28 octobre 1921 (séance non publique) - cinéma Gerend (Dudelange), 9,10 et 12 décembre 1921 (séances publiques)
    • Première présentation de la version restaurée avec accompagnement musical : Laminoir de Dudelange, 18 octobre 1997
  • Budget

    • Budget de production des premiers 1400 m en 1921 : 30.123 LUF
    • Budget de la restauration en 1997: 50.700 EURO
  • Informations

    Suite à des recherches effectuées dans le cadre du documentaire Stol (1998), l'Arbed a retrouvé une trentaine de bobines 35mm nitrate, relativement bien préservées. L'essentiel de ces copies provenaient du film Columeta produit par l'Arbed en 1921.


    A cette époque, et après le rachat de plusieurs complexes sidérurgiques, l'Arbed devenait une véritable multinationale. Afin d'ouvrir de nouveaux marchés, elle créa le 9 juin 1920 le comptoir commercial COLUMETA qui décida, un an plus tard, dans le cadre d'une vaste campagne publicitaire, de produire un film sur ses usines, activités et produits.


    Le réalisateur français Auguste Labruyère de la société L'Art Cinématographique tourna l'essentiel du film entre le 11 et le 18 avril 1921. Certaines séquences ratées - notamment les plans de la ville et les panoramiques sur les usines - ont ensuite été retournées par le caméraman luxembourgeois Alfred Heinen (futur collaborateur régulier de Pierre Bertogne) et l'Allemand Paul Epkens (« Rheinische Filmgesellschaft »). Les premières représentations publiques du film intitulé Columeta, d'une longueur de 1400 m, eurent lieu, accompagnés d'un orchestre, les 9, 10 et 12 décembre 1921 dans la salle Gerend à Dudelange (Ciné Palace). Par la suite, le film fut traduit en de nombreuses langues et ses cinq parties d'environ 15 minutes chacune furent montrés en avant-programme de longs métrages de fiction à l'étranger.


    En vue de l'Exposition mondiale de Rio de Janeiro, un nouveau tournage eut lieu en mai 1922. Le consortium Pathé filma environ 400 m supplémentaires dans les usines d'Esch/Alzette et de Dudelange (fabrication d'une lingotière) et ensuite 500 m, notamment à l'Institut de Dommeldange, à la maison des enfants Kräizbierg, au laboratoire de « Terres Rouges » et à la cimenterie de Schifflange. Aucune source n'indique si ces images ont été exploitées par la suite.


    Devant le tas de bobines provenant de diverses copies et versions, le CNA décida de restaurer et de remonter l'ensemble, somme toute assez cohérent, de ces images, de respecter les coloriages originaux et de condenser les innombrables panneaux descriptifs. Sous le titre Vu Feier an Eisen, le film ainsi remonté et restauré fut présenté au laminoir de Dudelange accompagné d'un orchestre interprétant une partition nouvellement créée par Luciano Pagliarini.


    Une copie 35mm sonore en dolby stéréo a été réalisée pour être projetée en salles.

Générique

  • Images : Gustave LABRUYERE, Alfred HEINEN, Paul EPKENS
  • Restauration, remontage et sonorisation : Centre national de l'audiovisuel Conception
  • Montage de la version restaurée : Joy HOFFMANN, Viviane THILL
  • Production CNA : Fernand DEVAS
  • Conseillers : Charles WERNER, Patrick SEYLER
  • Création musicale (1997) : Luciano PAGLIARINI
  • Musiciens :
    • Luciano PAGLIARINI (Saxo alto)
    • Jérôme BOURDELLON (Flûtes, clarinette basse)
    • Raoul BINOT (Saxophones)
    • Thierry BAUDE (Trompette, marching trombone)
    • Youssef YANCI (Trompette, theremin)
    • Patrick CHARBONNIER (Trombone, tuba)
    • Jean-François CHARBONNIER (Tuba, trombone basse)
    • Patrick DUQUESNOY (Guitare, programmation)
    • Venanzio CASTELLUCCI (Claviers synthé)
    • Daniel BERTUCCI (Accordéon, guitare)
    • André MERGENTHALER (Cello, saxo alto)
    • Gauthier LAURENT (Contrebasse)
    • Véronique DELTRUC-MOUGIN (Xylophone, percussions)
    • Michel DELTRUC (Batterie, percussions)
    • Donato COCCA (Batterie, percussions)
    • Fanfare de l'Harmonie des Mineurs d'Esch/Alzette
  • Travaux de restauration : Patrick FEUERSTEIN (CNA, Luxembourg), Christian FAURE (Laboratoire Cinarchives, Paris), Françoise BUSEYNE (Conformation du négatif), Bernard BUSEYNE (Coordination Laboratoire Neyrac, Paris)
  • Prémontage vidéo : Guy KIRSCH
  • Traduction et adaptation des intertitres : Alain HOFFMANN, Viviane THILL, Charles WERNER
  • Titrage : Ercidan, Paris
  • Enregistrement de la musique : Auditorium de la Villa Louvigny à Luxembourg, Jeannot MERSCH, Alain PIERRE -Techniciens : Jeannot NIES, Daniel VANMEERHAEGHE
  • Mixage : Alain PIERRE (Silence Music, Bruxelles)
  • Coordination technique CNA : Jean-Marie SPARTZ

Réception

  • Festivals et Prix

    Présentation de la copie sonorisée au Max Ophüls Filmpreis à Saarbrücken en 1999
  • Bibliographie

    • Revue, septembre 1997
    • Tageblatt, 1er octobre 1997
    • Luxemburger Wort, 9 octobre 1997
    • Tageblatt, 20 octobre 1997
    • Télécran, octobre 1997
    • Républicain Lorrain, 29 novembre 1997
    • Tageblatt, 29 novembre 1997
    • Hémecht no. 2, 1998 : Columeta - L'aventure du premier film publicitaire de l'Arbed par Charles Barthel

Synopsis complet

Le film commence par présenter les différents sites de production de l'Arbed ainsi que le siège social à Luxembourg-Ville. Sont ensuite montrés dans le détail : les hauts-fourneaux, la fabrication de l'acier Thomas, les fours Pitt, le laminoir, la fabrication des aciers fins, la fabrication des lingotières, la fabrication du ciment et, pour terminer, les institutions sociales (habitations, sanatorium, école en forêt) et l'Institut Emile Metz où sont formés les apprentis.