|     | 

STOL

Voir ce film
Utilisation commerciale: Utilisation privée:

Galeries éviter

Présentation

Documentaire/Long métrage

Luxembourg, 1998

Réalisation : Claude Lahr

Production : Samsa Film

  • Durée : 76
  • Version originale : Luxembourgeois
  • Image : couleurs et noir/blanc
  • Format : Betacam 4/3
  • Son : sonore
  • Synopsis

    Le film suit l'évolution de l'histoire sociale et industrielle de la sidérurgie luxembourgeoise, des premières usines et des premiers mouvements syndicaux aux développements récents dans les années 1970 et 1980 et jusqu'à la fin du 20e siècle.
  • Equipe technique

  • Sortie

    Première présentation : cinéma Utopia (Luxembourg-Ville), juillet 1998 dans le cadre de la Semaine du cinéma documentaire
  • Budget

    374.300 EURO

Générique

  • Producteur : Claude WARINGO
  • Directeur de production : Jean-Luc ZEHNTER
  • Scénario : Claude LAHR -Images : Michel HOUSSIAU
  • Son : Carlo THOSS
  • Montage : Philippe BOUCQ, Frédéric FICHEFET
  • Musique : Jeannot SANAVIA
  • produit avec l'aide du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle
  • Equipe technique : Coordination CNA : Fernand DEVAS
  • Coordination CLT-UFA : Bob KRIEPS, Robert HEVER -Texte original : Claude LAHR
  • Traduction luxembourgeoise : Jemp HOSCHEIT -Maquillage : Cathy FOLMER
  • Assistant réalisateur : Edie LACONI
  • Recherches archives : Edie LACONI
  • Recherches archives CNA : Patrick FEUERSTEIN, Anne BAUSCH
  • Recherches archives CLT-UFA : Josette MARX, Betty FABER, Nicole PIROTTE, Danielle TACCORI
  • Montage son : Frédéric FICHEFET
  • Opérateur steadycam : Luc SCHENGEN
  • Opérateur photos d'archives : Jacques RAYBAUT
  • Assistants opérateur : Séverine BARDE, Olivier SERVAIS, Carlo THIEL, Philippe BIGRET
  • Décors : Chris CORNIL
  • Electriciens : Marcel BULTERYS, Christian WOLFS
  • Machiniste : Koen FIRLEFYN
  • Accessoires : Annick SCHROEDER
  • Catering : Gilles SOEDER
  • Stagiaire : Gilles MATHONY
  • Photographe de plateau : Fabienne MUGGEO
  • Conformation image : Anne SCHROEDER
  • Mixage : Etienne CURCHOD
  • Etalonnage : Jacques RAQUEZ
  • Technicien AVID : Marc SCHUMACHER
  • Matériel : CNA, Codeca, Belgian Film Center
  • B & L Lightning Services, Michel KOOB, Kodak by Codeca
  • Post-production : Meuter Titra, Invisible Films, Alea Jacta Est, Studio L'Equipe
  • Générique : Guy KIRSCH, CNA
  • Films d'archives :
    • ARBED
    • CLT-UFA
    • Fonds Schneider
    • Films amateurs du Centre national de l'audiovisuel
    • Archives communales de Thionville
    • AMOMFERLOR
    • ITN Archives
    • RTL TV News
    • Etablissement cinématographique et photographique des Armées
    • Médiathèque de la Commission européenne
    • Mme Edmond NOUVIAIRE
  • Photos et cartes postales :
    • ARBED/ARES/ProfilARBED
    • Bibliothèque nationale de Luxembourg-Réserve précieuse
    • Editions François Mersch
    • Musée national d'Histoire et d'Art
    • OGB-L
    • Collection Konrardy-Ville de Dudelange
    • Marcel SCHROEDER
    • Benito GALLO
    • Denis SCUTO
    • Luciano PAGLIARINI
    • Luxemburger Wort
    • Archives de l'Etat
    • Photothèque de la Ville de Luxembourg
  • Administrateur : Christian KMIOTEK
  • Secrétaire : Lélia DI LUCA
  • Comptables : Patrice FIORINA, Aurore SCHNEIDESCH
  • Attachée de presse : Sophie VAN NESTE
  • Assurances : Media Assurances
  • pellicule/vidéo : Eastman Kodak Color Negative Film et Fuji Betacam

Synopsis complet

Le film suit l'évolution de l'histoire sociale et industrielle de la sidérurgie luxembourgeoise, des premières usines et des premiers mouvements syndicaux aux développements récents dans les années 1970 et 1980 et jusqu'à aujourd'hui.

Vers la fin du 19e siècle, l'essor inattendu de l'industrie sidérurgique devient pour le Grand-Duché de Luxembourg le point de départ d'une aventure unique. La production d'acier donnera au minuscule pays le statut d'un Etat industrialisé et riche. Le premier syndicat luxembourgeois est créé en 1916. Dans les années qui suivent, plusieurs manifestations et des grèves sont menées sans grand résultat pour les ouvriers.

Une nouvelle phase commence pour l'industrie sidérurgique dans les années 1920 quand l'Arbed devient une société internationale et l'un des premiers producteurs d'acier au monde. Les conditions s'améliorent pour les ouvriers jusqu'à la crise de 1929. En juin 1936, un contrat collectif est signé et les syndicats deviennent un partenaire à part égal dans les négociations avec le patronat. La reconstruction et la modernisation du pays après la guerre donnent du travail à tous. En 1952, la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier joue largement en faveur de l'Arbed. Mais le renforcement de la concurrence puis, en 1973, la crise pétrolière frappent durement l'industrie sidérurgique. L'Etat intervient à coups de milliards, devenant de fait l'investisseur principal de l'industrie sidérurgique. Dans les années 80, l'Arbed surmonte ces difficultés et se modernise. En 1997, le dernier haut-fourneau de la filière fonte classique est fermée et remplacée par un haut-fourneau électrique.