|     | 

PLEIN D'ESSENCE

Voir ce film
Utilisation commerciale:

Utilisation privée:

Galeries éviter

Présentation

Documentaire/Long métrage

Luxembourg, 2007

Réalisation : Geneviève Mersch

Production : Samsa Film

  • Durée : 58
  • Version originale : Allemand, Anglais, Français, Néerlandais
  • Image : couleurs
  • Format : Betacam
  • Son : sonore
  • Synopsis

    L’Aire de Berchem, sur l’autoroute Luxembourg - Dudelange, est la station-service la plus importante d'Europe en termes de débit de carburant. Été comme hiver, de jour comme de nuit, dans un flux incessant de voitures et de camions, s'y croisent des gens de toutes nationalités, de tous âges, de tous milieux sociaux. Le film met en évidence à la fois les différences et les similitudes de comportement de cette population qui constitue un melting-pot de l’Europe.
  • Equipe technique

Générique

  • Production: Claude WARINGO
  • Image: Jean-Louis SONZOGNI
  • Assistants image: Caroline SCHULLER, Ricardo BESSANTINI
  • Son: Carlo THOSS, Christian MONHEIM
  • Montage Image: Matyas VERESS
  • Montage Son: Pia DUMONT
  • Musique: Jeannot SANAVIA
  • Mixage: Michel SCHILLINGS
  • Animation: Cecilia MARREIROS MARUM, Ewin RYCKAERT
  • Directeurs de production: Michelle MULLER, Jean-Luc ZEHNTER, Assistants de réalisation: Pascale NOEL, Alessandro PALESTRO, Gilles REMICHE, Christophe GALEOTA, Alex BROWN, Marie COURTEL – Interprètes: Agnieszka WIERZCHUCKA, Gintare PARULYTE
  • Administrateurs de production: Christian KMIOTEK, Aurore SCHNEIDESCH
  • Coordinatrice de production: Lélia DI LUCA
  • Secrétaire de production: Audrey BALTER Comptables: Patrice FIORINA
  • Joana PEGO
  • Auditeur: Carlo REDING – Une production Samsa Film
  • Avec la participation du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle du Grand-Duché de Luxembourg

Réception

Festivals et Prix

  • Prix du meilleur film luxembourgeois 2007

Synopsis complet

Débutant par une animation sur l’attrait que le Luxembourg représente grâce au tabac et à l'alcool moins chers, le film s’installe à la station d'essence de Berchem, le long de l’autoroute, et, sur une demi-année, suit la vie dans cette Europe miniature. Les interviews, nombreuses et variées en langues comme en contenus, donnent la parole à des clients frontaliers, jeunes du village d’à côté, groupes de touristes, lycéens venant préparer un exposé par manque de place chez eux, un travailleur vivant dans sa voiture…

La réalisatrice explore les différents profils peuplant les deux stations (de part et d'autre de l'auto-route), filmant les visiteurs insolites comme des pigeons voyageurs ou des clients solitaires le soir de Noël. Elle s’arrête plus particulièrement sur les employés et les routiers, figures incontournables des lieux. Les premiers, s’ils reconnaissent parfois la pénibilité de leur fonction, comme par exemple travailler la nuit ou le soir du 24 décembre, s’avouent pour la plupart satisfaits et mettent en avant la polyvalence de leur poste et le contact avec les clients. Les routiers, eux, qui représentent 90% des ventes de carburant, donnent l’occasion de se pencher sur plusieurs thèmes. Loin des préoccupations des touristes, l’aire de Berchem est pour eux le moyen de se retrouver, de s’entraider : ils brisent, pour quelques heures, la solitude pesante de leur cabine. Mais l’humeur se fait plus sombre lorsqu’ils évoquent leurs conditions de travail, de plus en plus dures.

Le ton devient à nouveau plus léger lorsque la caméra retrouve la station en plein rush des vacances d’été, ses longues files d’attente à la pompe, ses picnics improvisés à deux pas d’un écrin de verdure caché qui devait servir de terrain à une église promouvant le «tourisme pastoral» mais jamais construite. Et lorsque les visiteurs sont interrogés sur les problèmes environnementaux, les langues se délient et les points de vue, encore une fois, se multiplient.