|     | 

LES PERDANTS N' ECRIVENT PAS L'HISTOIRE

Voir ce film
Utilisation commerciale:

Galeries éviter

Présentation

Documentaire/Long métrage

Luxembourg, 2001

Réalisation : Frédéric Fichefet, Edie Laconi

Production : Samsa Film

  • Durée : 95
  • Version originale : Français
  • Image : couleurs et noir/blanc
  • Format : Betacam 4/3
  • Son : sonore
  • Synopsis

    Entre 1936 et 1938, 100 Luxembourgeois sont partis en Espagne pour combattre les fascistes aux côtés des Républicains. Le Luxembourg n'a pas reconnu cet engagement jusque dans les années 1980 où l'on a commencé à s'y intéresser. En effet, le geste de ces hommes et femmes n'a pas été compris par l'opinion publique de l'époque qui a longtemps considéré qu'il s'agissait de engagement personnel de quelques aventuriers et non de résistants qui étaient partis à la guerre contre un ennemi qui bientôt deviendra aussi celui du Luxembourg.
  • Equipe technique

Générique

  • Production: Claude WARINGO
  • Producteur: Jani THILTGES
  • Directeur de production: Jean-Luc ZEHNTER
  • Administration de production: Christan KMIOTEK, Isabelle DUCHER
  • Réviseur: Carlo REDING
  • Coordination de production: Lelia DI LUCA
  • Secrétaire de production: Christophe GALEOTA
  • Comptabilité: Patrice FIORINA, Aurore SCHNEIDESCH, Patricia DEBRAY, Joana PEGO
  • Technicien AVID: Joost DE GEYTER
  • Traduction: Dani LEYDER, Paul LESCH, Olivier TASCH, Henri WEHENKEL, Ricardo J.TAVARES
  • Archives: Filmoteca Espanola Arkeion, CLT-UFA
  • Interview radiophonique d'Emile KRIER par Nic WEBER pour Radio Lux 1966
  • Interview de Jules BACIOTTI, Nicolas et Paca PUTZ par H.LOSCH pour RTL Télévision 1986
  • Centre National de l'Audiovisuel: extraits du film Il était un petit pays de René LECLERE, 1937
  • extraits du film Visages du Luxembourg de René LECLERE, 1950
  • séquence Bech à vélo extrait de la collection Bech
  • extraits du film D'Lëtzebuerger Zaldoten mussen Heim ins Reich de Pierre BERTOGNE, 1940
  • Musiques:Konzert NR.1 für Violine und Orchester (1953/1962) composé par Alfred SCHNITTKE, performance par Mark LUBATSKY, Malmö SO, Eri KLAS, recording by courtesy of BIS, Records with kind permission of Musikverlag Hans Sikorski, Hamburg
  • El Quinto Regimento& Los Quatro Generales performed by The Ramon Lopes Quartet, Paul ROGERS(bass), Daunik LAZRO(reeds), Thierry MADIOT(bass trombone), Benat ACHIARY(vocals), Ramon LOPES(drums), album Songs of the Spanish Civil War, Leo Records
  • El Paso del Ebro performed by The Ex, album The Spanish Revolution
  • Système de montage: AVID par CODECA
  • Studio d'enregistrement et de mixage: Cinéberti
  • Assurances: Media Assurances
  • Financement: BGL
  • Avec la participation du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle du Grand-Duché de Luxembourg

 

Synopsis complet

Les perdants n'écrivent pas l'histoire raconte le destin des 100 hommes et femmes luxembourgeois qui, dans les années 1936 à 1938, se sont engagés dans la guerre civile en Espagne aux côtés des Républicains. Le film entraîne le spectateur dans leur histoire à partir d'une photo sur laquelle posent treize de ces personnes. L'enquête menée dans le film a pour but de retrouver ces personnes elles-mêmes ou leur famille et de comprendre pourquoi elles se sont engagées dans cette lutte qui n'était pas la leur et qui se déroulait si loin du Luxembourg. A l'époque et même beaucoup plus tard encore, ces hommes et femmes, en partie communistes, se sont heurtés à l'incompréhension et même la méfiance de l'opinion publique luxembourgeoise. L'ennemi, avant 1939, n'était pas le fascisme, mais le communisme. Les combattants en Espagne ont même été considérés comme des traîtres et risquaient de perdre la nationalité luxembourgoise. On a longtemps considéré qu'il s'agissait de l'engagement personnel de quelques aventuriers et non de résistants qui étaient partis à la guerre contre un ennemi qui bientôt deviendra aussi celui du Luxembourg. Après avoir perdu la guerre aux côtés des Républicains, ils sont rentrés au Luxembourg pour assister à une autre guerre, celle que certains d'entre eux avaient espéré pouvoir éviter par leur engagement. La plupart d'entre eux se sont retrouvés dans des camps nazis.


C'est seulement en 1986 que l'on s'est intéressé au destin de ces combattants au Luxembourg et quelques années plus tard, le Premier Ministre, Jean-Claude Juncker a décerné la médaille d'honneur à deux des trois survivants.