|     | 

HEIM INS REICH

Voir ce film

Galeries éviter

Présentation

Documentaire/Long métrage

Luxembourg/Belgique, 2004

Réalisation : Claude Lahr

Production : Centre national de l'audiovisuel, Nowhere Land Productions, Les Films de la mémoire

  • Durée : 118
  • Version originale : Luxembourgeois
  • Image : couleurs et noir/blanc
  • Format : Betacam
  • Son : sonore

Générique

  • Témoins:
    • Josy FELLENS
    • Victor FISCHBACH
    • Yvonne FRISCH-URBANY
    • Roger GASPART
    • Erny GILLEN
    • Emile HEMMEN
    • Jos HITTESDORF
    • Bernard JACOB
    • Michel JANS
    • Gaston JUNCK
    • Pierre KERGEN
    • Nicolas KOOB
    • Margot KREMER-ENGEL
    • Berthe LINSTER
    • Paul MARGUE
    • Ady MERGEN
    • Jos MEUNIER
    • Julien MEYER
    • Aloyse SCHILTZ
    • Josy SCHLANG
    • Hélène SCHMITT-FLAMMANG
    • Madeleine WEIS-BAULER
  • Acteurs:
    • Marcel HEINTZ (Gauleiter Simon)
    • Gilles DAZZAN
    • Pitt MAX
    • Cliff SCHMIT
    • John GERTEN
    • Thierry SIMONELLI
    • Commentaire luxembourgeois dit par: Marc LIMPACH
    • Comentaire angais dit par: Mike KNIGHT
  • Scénario: Claude LAHR, Willy PERELSZTEJN
  • sur une idée de: Willy PERELSTEJN
  • Commentaire: Claude LAHR, Marc LIMPACH
  • Conseillers historiques: Paul FELTES, Paul DOSTERT
  • Directeur de la photo: Stéphane PATTI
  • Son: Carlo THOSS, Philippe KOHN, Philippe VANDENDRIESCHE, Philippe MERGEN
  • Montage: Thierry FABER
  • Musique: Lingo (André DZIEZUK, Marc MERGEN)
  • Montage son et mixage: Raoul NADALET (Espera Prod.)
  • Témoins:
    • Josy FELLENS
    • Victor FISCHBACH
    • Yvonne FRISCH-URBANY
    • Roger GASPART
    • Erny GILLEN
    • Emile HEMMEN
    • Jos HITTESDORF
    • Bernard JACOB
    • Michel JANS
    • Gaston JUNCK
    • Pierre KERGEN
    • Nicolas KOOB
    • Margot KREMER-ENGEL
    • Berthe LINSTER
    • Paul MARGUE
    • Ady MERGEN
    • Jos MEUNIER
    • Julien MEYER
    • Aloyse SCHILTZ
    • Josy SCHLANG
    • Hélène SCHMITT-FLAMMANG
    • Madeleine WEIS-BAULER
  • Commentaire luxembourgeois dit par: Marc LIMPACH
  • Comentaire anglais dit par: Mike KNIGHT
  • Commentaire français dit par Benoît GRIMMIAUX
  • Acteurs:
    • Marcel HEINTZ
    • Gilles DAZZAN
    • Pitt MAX,
    • Cliff SCHMIT
    • John GERTEN
    • Thierry SIMONELLI
  • Assistants caméra: Claire MATHON, Nourédyne AMROUN, Philippe LUSSAGNET
  • Assistants régie: Sébastien TASCH, Edie LACONI
  • Accesssoires et décors: Manu DEMOULLING, François DICKES, Christophe PEIFFER, Alain BOUCHERIE
  • Costumes: Aleksandra VALOZIC
  • Maquillage: Aurélie ELICH
  • Machinerie: Jean-François ROQUEPLO, Temoudjine JANSSENS, Olivier GOELEN
  • Cartes 2-D: Marcio AMBROSIO (Triangle 7)
  • Etalonnage: Charles DABE (Broadcasting Center Europe)
  • Direction de production: Stéphane CABOCHE
  • Direction de production Bruxelles: Gilles COTON
  • Télécinéma: Patrick FEUERSTEIN, Céline FERSING
  • Assistance video CNA: Michèle OLINGER, Cyril STIEBER, David GOMES, Jessica SCHLUNGS
  • Transcriptions interviews:
    • Li STOOS
    • Marie-Josée KODISCH
    • Nicolas PALUMBO
    • Stefanie HUBERTY
    • Martine BüCK
    • Martine WILTGEN
    • Laura GRASER
  • Traductions: Claude LAHR, Jean-Pierre THILGES
  • Affiche: Christophe PEIFFER, george(s)
  • Recherche archives: Viviane THILL, Edie LACONI, Delphine KIEFER
  • Archives Films:
    • CNA (Fonds Pierre Bertogne)
    • Fonds Philippe Schneider
    • Films privés de M. Henri CLEMENT
    • la famille EMERIMGER
    • M. Pierre HARY
    • M. Jean-Paul HOFFMANN
    • M. Alphonse WIRION)
  • Bundesarchiv / Transit Film GmbH
  • Huntley Film Archives
  • ECPAD
  • INA
  • Cinémathèque de la Ville de Luxembourg
  • Archives photo: Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance
  • Luxemburger Wort
  • Photothèque de la Ville de Luxembourg :
    • Tony KRIER
    • Batty FISCHER
    • Nic LOUTSCH
    • Marcel DUFFAU
    • Théo MEY
    • Roger WEITZEL
    • Paul ROUSTER
    • Pierre BERTOGNE
    • Armand JOSEPH
    • Marcel SCHRODER
    • Chr. BERNARD
    • Alain EMERLING
    • André SCHICKES
  • Archives Nationales Amis de l'Histoire du Roeserbann (Jean-Pierre METZ, Herbert AHRENS)
  • Musée National de la Résistance :
    • Collection Conrardy
    • Centre Jean KILL
    • Henri LéGER
    • Jules STOFFELS
    • Marcel KLEIN
    • René FILET
    • Nicolas KRIER
  • Bibliothèque Nationale
  • Musée Patton (John THURMES)
  • Service des Sites et Monuments Nationaux (Josef SCHMITHüSEN)
  • Mémorial de la Déportation
  • Imedia sàrl
  • Collections privées :
    • Archives ALWERAJE
    • Georges HOLZMACHER
    • Robert KRANTZ
    • Marie-Madeleine SCHILTGES
    • Aimé KNEPPER
    • Jean-Rémond KLEIN
  • Réalisé au Grand-Duché de Luxembourg avec l'aide du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle

Réception

Festivals et Prix

  • Prix du meilleur film luxembourgeois et Prix du public, Lëtzebuerger Filmpräis 2005

Synopsis complet

A travers divers témoignages et à l'aide de séquences filmées à l'époque, Heim ins Reich raconte le calvaire qu'ont traversé le Luxembourg et sa population pendant l'occupation allemande entre le 10 mai 1940 et le 10 septembre 1944. Alors que les nazis décident de germaniser de force le Luxembourg et d'intégrer les jeunes Luxembourgeois dans la Wehrmacht, le peuple luxembourgeois réagit. Même si beaucoup rejoignent la VdB (Volksdeutsche Bewegung) ou la Hitlerjugend de peur de perdre leur travail ou d'être déplacé de force en Allemagne, seule une minorité, appelée les "Giele Männercher", applaudit effectivement l'adhésion du Luxembourg à l'Allemagne nazie. La plupart des témoins présents dans le film ont fait partie d'une autre minorité, celle qui s'est activement engagée dans la résistance contre l'occupation allemande, souvent au risque de leur vie. Lors d'un recensement racial organisé par les nazis le 10 octobre 1941, les Luxembourgeois, en se déclarant de nationalité luxembourgeoise et en se prononçant pour le luxembourgeois comme leur langue maternelle, montrent que malgré les efforts du Gauleiter Simon, la germanisation du pays a échouée.


Parmi la population juive au Luxembourg, beaucoup ont réussi à quitter le pays avant la fermeture des frontières et quelques-uns ont pu trouver refuge dans des familles luxembourgoises. Mais d'autres n'ont pas réussi à éviter la déportation dans des camps de travail ou de concentration allemands. Beaucoup de jeunes hommes enrôlés dans la Wehrmacht ont laissé leur vie au front russe ou ont vécu l'enfer dans les prisons russes après la fin de la guerre. Ceux qui ont refusé de rejoindre l'armée allemande ou qui ont pu déserter, ont par la suite dû se cacher au Luxembourg. Beaucoup de familles luxembourgeoises ont accepté de cacher les jeunes hommes dont la désertion est considérée comme une preuve de leur loyauté à la patrie. Peu nombreux sont ceux qui, engagés dans la résistance, ont réussi à rejoindre les maquisards français ou la résistance belge. Les moins chanceux ont été envoyé dans les camps.


La libération du pays par les Américains le 10 septembre 1944 est ressentie comme un énorme soulagement par toute la population. Mais ce long calvaire ne sera terminé définitivement qu'après la bataille des Ardennes qui a ravagé le Nord du Luxembourg entre décembre 1944 et janvier 1945.