|     | 

LUXEMBOURG VILLE MILLENAIRE 963-1963

Voir ce film
Utilisation commerciale:

Galeries éviter

Présentation

Documentaire/Court métrage

Luxembourg, 1963

Réalisation : Philippe Schneider

Production : Ville de Luxembourg

  • Durée : 34
  • Version originale : Français
  • Image : noir et blanc / couleurs
  • Métrage : 932 m
  • Format : 35mm (1.37 et scope)
  • Son : sonore
  • Synopsis

    Réalisé lors du Millénaire de la Ville de Luxembourg, le film retrace l'histoire de la capitale luxembourgeoise depuis sa fondation en 963 jusqu'en 1963.
  • Equipe technique

  • Sortie

    Première présentation : cinéma Marivaux (Luxembourg-Ville), fin juillet 1963
  • Informations

    Certaines images n'ont pas été filmées à Luxembourg (celles de deux guerres mondiales, notamment) et quelques-unes sont reconstituées. On découvre aussi des images issues de la collection de films anciens de Philippe Schneider ou des images qu'il avait déjà utilisées dans d'autres de ses films.

Réception

Bibliographie

  • Luxemburger Wort, 31 juillet 1963

Synopsis complet

Le film retrace l'histoire de la ville de Luxembourg depuis sa fondation en 963. La période précédant 1900 est rapidement survolée à l'aide de quelques tableaux et gravures. Puis le sujet s'enrichit grâce à de nombreux documents filmés dont le plus ancien date de 1907. On découvre également un morceau de pellicule colorié à la main (L'obsession de l'or, film Pathé), ce procédé (« Pathécolor ») ayant été, selon Schneider, l'invention de Gabriel Lippman (physicien français né au Luxembourg, lauréat du prix Nobel de physique en 1908).

Sont évoqués ensuite les événements de la période 1914-1939: la Grande Guerre (pendant laquelle on entendait, paraît-il, tonner les canons de Verdun jusqu'à Luxembourg), l'abdication de la Grande-Duchesse Marie-Adelaïde (seulement en photos), la visite du Duc de Brabant, l'inauguration du monument aux morts de la guerre 1914-1918 par le bourgmestre Gaston Diderich. L'hiver, les habitants de la ville patinaient sur l'étang Brasseur. La procession de l'Octave, un Hämmelsmarsch, la journée des orphelins à la Schueberfouer en compagnie du prince héritier Jean, les cérémonies du Centenaire sont également documentés.

Vient ensuite l'invasion allemande et l'exode des réfugiés. A la Libération, on découvre le général Patton, mais aussi des femmes dont on rase la tête pour avoir collaboré avec l'occupant. La vie reprend cependant son cours normal et des personnalités telles que Mme Roosevelt ou Winston Churchill sont reçues par la Ville de Luxembourg. Les funérailles du ministre Pierre Dupong et une retraite aux flambeaux (au temps où la fête nationale était encore célébrée le 23 janvier) dont fait partie le dernier 'tram illuminé', un cirque dans la cour de la Villa Louvigny, des images du vélodrome illustrent l'après-guerre. L'événement marquant de 1953 est le mariage du prince Jean et de la princesse Joséphine-Charlotte.

Puis, ce sont les premières images en couleur: le nouvel Athénée, la Foire Internationale, les cortèges du 1er mai, le centenaire de la chorale Sang a Klang et l' Emäischen figurent en bonne place.

Enfin, l'écran s'élargit au format Cinémascope et l'on découvre la ville de Luxembourg en 1963. Une nouvelle procession de l'Octave, le stade municipal où a lieu le match final de la Coupe de Luxembourg de football, suivi d'autres épreuves sportives, et le mariage de la princesse Elisabeth. Une nouvelle impulsion économique est donnée par le Ministre d'Etat Pierre Werner et Luxembourg s'intègre dans la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA). Le roi Baudouin rend visite à la ville de Luxembourg. Le film se termine par des images de la Schueberfouer.