|     | 

1981-1988 : la vraie naissance du cinéma luxembourgeois


Congé fir e Mord, AFO (1983), photogramme

Depuis les années 1970, quelques enseignants réunis sous le sigle AFO s’essaient derrière la caméra avec des courts métrages documentaires et de fiction.

En 1981, ils tournent en langue luxembourgeoise le long métrage Wat huet e gesot? qui raconte les aventures et mésaventures au quotidien d’un groupe de lycéens.

Le succès inattendu du film encourage l’AFO à réaliser en 1983 Congé fir e Mord pour la modeste somme de 1,7 million de francs luxembourgeois. Ce polar en langue luxembourgeoise remporte un triomphe auprès du public.

L’AFO ne restera pas longtemps seule. Dès la fin des années 1970, l’autodidacte Andy Bausch tourne des films en S8. Dans ses premiers films, il rassemble autour de lui une équipe de jeunes gens dont plusieurs (Paul et Jani Thiltges, Christian Kmiotek, Paul Kieffer et Claude Waringo) vont se retrouver plus tard au centre de la vie cinématographique luxembourgeoise.

En 1983, Andy Bausch réalise le très remarqué court métrage One Reel Picture Show, inspiré du cinéma expressionniste allemand. Deux ans plus tard, il tente l’aventure d’un long métrage, Gwyncilla, Legend of Dark Ages qui ne connaîtra cependant qu’un succès mitigé.

La télévision luxembourgeoise est restée longtemps à l’écart de toutes ces activités. Ne disposant que d’une émission hebdomadaire en langue luxembourgeoise, RTL s’en tient alors à l’actualité et à quelques reportages politiques ou historiques sur le pays.

En 1984, la chaîne produit cependant un long métrage de fiction sur l’occupation allemande durant la 2e guerre mondiale. Ce film intitulé Déi zwéi vum Bierg rencontre un beau succès. La chaîne récidivera en en 1989 avec le film De falschen Hond avant d’abandonner la production de longs métrages.

En 1987, Andy Bausch réalise en 16mm le film Troublemaker. Cette comédie policière devient immédiatement très populaire, notamment parmi les jeunes. Le film fait une star nationale du jeune acteur Thierry Van Werveke.