|     | 

Hommage à Evy Friedrich
27-03-2011


photo du film

A l'occasion du 100e anniversaire du journaliste et grand cinéphile luxembourgeois Evy Friedrich, le CNA propose une conférence et des films présentés par Paul Lesch.

Dimanche, 27 mars à 16.30h au CinéStarlight

La conférence évoquera notamment les activités d'Evy Friedrich en matière de cinéma et sera accompagnée par la projection de deux courts métrages réalisés par Evy Friedrich: La journée des orphelins (1931) et Les danseurs d'Echternach (1947)

Les danseurs d'Echternach

Dès l’âge de 17 ans, Evy Friedrich se lance dans la critique cinématographique avec la création en 1927 du périodique Le Film luxembourgeois. A cette même époque, le jeune cinéphile est le correspondant luxembourgeois de la reveu de cinéma française Cinémagazine.

Dès 1930, il se consacre aussi à la réalisation de petits films tels que La journée des orphelins (1931). Entre 1937 et 1939, le jeune cinéphile participe comme assistant à toutes les productions luxembourgeoises de René Leclère. En 1947, il réalise le court métrage Les danseurs d’Echternach avec Berthe Tissen, Yvonne Luja, Raymon Mehlen et Venant Pauké dans les rôles principaux, programmé au Festival de Cannes la même année.

En tant que journaliste, Friedrich écrit e.a. pour A-Z, Escher Tageblatt, Obermosel-Zeitung, La Voix des jeunes, Le Luxembourg, Les Cahiers luxembourgeois, Zeitung vum lëtzebuerger Vollek et Revue.

Evy Friedrich est aussi l’auteur de plusieurs livres dont deux consacrés au cinéma. Remarques sur Abel Gance (1931) et Introduction à l’art cinématographique (1936).

De 1957 à 1964, il travaille comme traducteur à la DEFA, l’organisation de production cinématographique d’Etat de la RDA. A partir de 1970, Evy Friedrich collabore au programme de Radio Lëtzebuerg. Ses chroniques historiques (Kalennerblieder) et sa rubrique consacrée au cinéma comptent vite parmi les rendez-vous incontournables du programme luxembourgeois.

Durant toute sa carrière, Evy Friedrich, homme de gauche convaincu, s’est engagé activement dans la promotion du cinéma de qualité à Luxembourg. Tout en adoptant un ton souvent polémique mettant en cause l’idéologie du cinéma allemand au cours des années 30, ainsi que la main-mise de la droite catholique sur le cinéma dans les années 50 et 60, il a contribué largement à un enrichissement du débat autour des problèmes posés par le 7e art.

(Paul Lesch dans : René Leclère, pionnier du cinéma luxembourgeois, éditions CNA, 1999)


 

Réservation

tél: 52 24 24 282

communication@cna.etat.lu